Mairie Actualités

Spindrift, grand vainqueur du Tour de France à la Voile 2015

27/07/2015

Après sa fantastique victoire sur le raid côtier de Nice, vendredi, Spindrift remporte le 38e Tour de France à la Voile, ce samedi, tandis que la journée de régates en stade nautique a dû être annulée, les vents ayant empêché les régates d'aller à leur terme.

Jamais décrochée, mais parfois ballottée, l'équipe composée de Xavier Revil, François Morvan, Thierry Douillard, Matthieu Vandame et Fred Moreau a souvent connu des hauts, et parfois des bas. Son début de Tour, notamment, fut légèrement heurté : 14e du raid côtier de Fécamp, elle terminait aussi dans le peloton du stade nautique de Pornichet à la 8e position. Alors relégués à la quatrième place du classement général, les Men in Black se secouaient et, en état de grâce, François Morvan imposait son coup de barre à toute la flotte lors du raid côtier de Roscoff, puis dans le stade nautique. Une nouvelle victoire lors du raid des Sables d'Olonne, puis une autre à Roses, suivie d'une deuxième place dans le stade nautique catalan permettait au Diam noir de recoller au leader, piégé par les vents capricieux de la Costa Brava (19e).

Lorsqu'il raconte les soubresauts par lesquels Spindrift est passé au cours de ce Tour de France, Xavier Revil a l'oeil embué, et pas seulement par le mélange de sel et de crème solaire qui lui brûle la rétine. Emu, il raconte :
« On a su ne pas se démobiliser malgré les points de retard qu'on avait sur le leader à un moment donné. Je tire un grand coup de chapeau à toute l'équipe, cette grande équipe qui a montré qu'elle était capable de relever le défi. Je suis tellement heureux qu'on ait réussi à rester soudés jusqu'au bout pour aller remporter cette grande victoire. Ça a été difficile, à un moment donné, mais on savait qu'il se passe toujours quelque chose sur le Tour quand on aborde la Méditerranée. Et puis on a eu des moments difficiles sur des raids, mais il n'y avait pas de raison que les autres y échappent. » Ce fut le cas, une deuxième fois sur le raid côtier de Nice, « moment de symbiose » comme se plut à nommer Thierry Douillard cette victoire de stratèges. Et Spindrift, qui comptait jusqu'alors 13 points de retard sur la tête, profita aussi de la faillite du leader, Groupama, piégé une nouvelle fois en Méditerranée (14e).

Samedi, pas de Promenade des Bretons

Restait alors à disputer ce stade nautique le long de la Promenade des Anglais. Annoncée comme une séance de tirs au but, la journée accoucha d'un match nul. Pas assez de vent le matin, trop de vent l'après-midi... Il n'y a pas que la canicule qui sévit sur Nice ce samedi. Comme prévu, à 13 heures, le vent bascula en ouest sud-ouest, se renforçant tellement que, conjuguée à une mer formée, elle priva la flotte de jouer la finale.
« Le vent est rentré, mais trop fort, concéda Pierre Pennec, le barreur de Groupama. Le comité de course a eu raison d'annuler la journée, parce qu'il y aurait eu beaucoup de bateaux sur le toit, et probablement des blessés. » Le chavirage d'Engie, lors de la dernière manche de qualification courue, rappela justement le comité d'organisation à la plus grande prudence.

Jamais en tête du classement général jusqu'alors, Spindrift ne s'impose pas aux points, puisque Groupama en compte également 747 au classement général final, pas non plus au nombre de victoires d'étapes, puisque les deux bateaux en comptent cinq chacun, mais au nombre de deuxièmes places : trois pour Spindrift contre deux pour Groupama.